4- Le marché automobile pourrait chuter de plus de 20 % cette année

Le cabinet américain AlixPartners a établi trois scénarios afin de déterminer les conséquences de la crise sanitaire due au coronavirus sur le marché mondial.

Un ouvrier portant un masque travaille sur la chaîne de production de l’usine Honda à Wuhan (province du Hubei, en Chine), le 16 mars.
Un ouvrier portant un masque travaille sur la chaîne de production de l’usine Honda à Wuhan (province du Hubei, en Chine), le 16 mars. CHINA DAILY / REUTERS

Avenir sombre, très sombre ou bien super noir ? Le cabinet de conseil américain AlixPartners, qui fait référence en matière automobile, vient de publier, mardi 24 mars, une étude sur les conséquences potentielles de la crise sanitaire mondiale due au coronavirus sur l’industrie de la voiture en 2020. Et elle n’a rien de réjouissant.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Usines fermées, ventes en chute libre… « Un choc terrible à encaisser » pour l’automobile européenne

Les experts envisagent trois scénarios : un premier dit de « reprise rapide » conduisant à une baisse annuelle des ventes mondiales de 8 % à 12 % avec un rebond en fin d’année ; un deuxième de « déclin global » débouchant sur une réduction de 14 % à 18 % du marché ; et enfin le scénario de « récession globale » dans lequel le marasme s’installerait dans la durée et conduirait à une diminution de l’activité de 20 % à 25 % cette année. Des données à comparer avec une étude de la société de notation financière Standard & Poor’s, qui prévoit une baisse du marché automobile mondial de 15 % en 2020 (passage de 90 à 78 millions de voitures vendues dans l’année).

Enormes dégâts en Chine

« L’option autour de – 20 % est malheureusement la plus probable si l’épidémie n’est pas sous contrôle suffisamment rapidement, souligne Laurent Petizon, directeur général de la branche française d’AlixPartners. Le scénario médian reste possible à condition que les Etats nord-américains et européens réagissent vite et fort à la fois dans leur lutte contre le coronavirus et dans leur soutien à l’industrie. Quant au scénario “optimiste”, il est aujourd’hui le moins probable compte tenu de l’évolution actuelle de la situation. »

Car le constat au bout d’un trimestre est déjà lourd. En Chine, premier marché planétaire avec un tiers des ventes mondiales, les dégâts sur l’activité ont été énormes : une production en baisse de 80 % en février et pas loin de 60 % en mars, toujours selon les estimations d’AlixPartners. Mais une reprise (timide) est déjà amorcée et la baisse dans l’empire du Milieu pourrait finalement osciller entre 7 % et 11 %. Un moindre mal.

Leave A Reply